sam. Août 6th, 2022

RDC : Henri-Thomas Lokondo, Delly Sessanga, Jean-Jacques Mamba, Claudel André Lubaya… et Quelques personnalités sociales de différentes tendances appellent à un Consensus National sur les reformes électorales

Quelques personnalités politiques et sociales de différentes tendances de la République Démocratique du Congo dont les noms et fonctions suivent ; Henri-Thomas Lokondo, député national élu de la ville de Mbandaka, Makengo Ngombe Matoka Charles, député national élu de Kinshasa (Tshangu), Mambidi Koloboro Jean-Marc, député national élu de Watsa, Munubo Mubi Juvénal, député national élu du territoire de Walikale, Muyaya Katembwe Patrick, député national élu de Kinshasa/funa, Monsieur Nsapu Paul, société civile, Lubaya Claudel André, député national élu de Kananga, Jean-Jacques Mamba, député national élu de Kinshasa (Lukunga), Monsieur Mukoko Samba, ancien Vice-Premier Ministre, Monsieur Muongo Jean-Pierre, ancien DG OCPT, Ndjoli Eseng Ekeli Jacques, député national élu de Boende, Sessanga Hipungu Delly, député national élu de Luiza, au total douze personnalités, se sont réunis le samedi 11 juillet 2020 en vue d’analyser la situation générale du pays. Il ressort de leur rencontre que :

Le Congo est en crise. La situation du pays va de mal en pis! l’intégrité du territoire est gravement menacée. Dix-huit mois après la mise en place des institutions issues des élections de décembre 2018, du fait de la coalition post électorale FCC-CACH érigée en majorité parlementaire et gouvernementale, la crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19 a renforcé l’état de décrépitude socio-politique et socio-économique sans précédent dans lequel se retrouve notre pays, peut-on lire dans le document consulté par juste-info.net.

Lesdites personnalités ont, au cours de cette rencontre, axé leurs discussions autour de la réforme électorale en perspective des prochaines élections à travers le pays.

Dans ledit document, ces personnalités politiques et sociales de la RDC ont formulé les exhortations suivantes :

• La réforme de la CENI;

• La révision de la constitution, à l’exclusion de l’article 220 et dans le respect de celui-ci, ( Rétablir les deux tours de l’élection présidentielle ( art.71), Ramener la décentralisation au niveau des territoires, villes et communes (art.3), élargir la composition du Conseil Supérieur de la Magistrature (art.152);

• Les orientations essentielles sur la loi électorale ( exclusivité et renforcement de la crédibilité du processus);

• L’installation du bureau de la CENI.

Ces personnalités politiques et sociales invitent le Président de la République à entreprendre, avec son Gouvernement, dans le cadre de sa mission de garant du bon fonctionnement des institutions, l’initiative pour engager la communauté nationale dans la recherche de ce consensus nécessaire sur le processus électoral autour des options susceptibles de favoriser la concorde nationale.

Pour rappel, la question de la mise en place des animateurs de la CENI est au coeur de plusieurs manifestations de protestations contre l’enterinement de la candidature de Ronsard Malonda à la tête de la Commission Électorale Nationale Indépendante par l’Assemblée Nationale dont notamment la marche de l’UDPS du jeudi 9 juillet et celle de Lamuka, prévue ce lundi 13 juillet 2020.

Olivier Tshimanga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.