dim. Jan 16th, 2022

MINEMBWE/ POLITIQUE : L’Evêque d’Uvira s’insurge contre les silences du Commandant Suprême des Forces Armées

C’est par une série des questions que l’Evêque d’Uvira Monseigneur Sébastien Muyengo interpelle le Président de la République, Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi s’agissant de la situation qui sévit actuellement à Minembwe.

Le représentant de l’église catholique dans cette localité axe ses questions sur l’entendement du Commandant Suprême des forces armées par rapport à cette situation qui fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Nous nous posons dès lors ces questions, il y en a 5″, martèle t-il.

Mgr Sébastien Muyengo s’interroge « Que dit le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi à ce sujet ?»

C’est alors que le clergé catholique enchaine par une autre question « va t-il continuer à affirmer qu’il n’y est pour rien dans cette situation, parce qu’elle date d’avant son arrivée au pouvoir ?»

A travers ces interrogations, l’Evêque rappelle ce qui suit : «lorsqu’on devient Président de la République, on prend en charge le destin du pays, avec aussi bien son passé, son présent et son avenir », rappelle Mgr Sébastien Muyengo.

Abordant pleinement l’actualité de l’heure sur la commune de Minembwe, en pasteur, l’Evêque évoque l’interrogation qui demeure grandissante sur la responsabilité du Chef de l’État.

Ce dernier a reconduit le même Ministre que son prédécesseur au ministère de la Décentralisation et des réformes institutionnelles déplore l’Evêque.

Il renchérit en prenant appuie sur le programme des100 jours qui a constitué un test pour Felix Tshisekedi, le problème de Minembwe rajoute t-il, est un au autre test où le Chef de l’Etat doit s’impliquer.

Le laisser-aller du cas de Minembwe constituerait un démantèlement du pays au sens strict sa balkanisation et cela avec la complicité du numéro un du pays.

Mgr Sébastien Muyengo rappelle qu’en droit constitutionnel, cette affaire constitue une haute trahison.

Le représentant de l’église catholique s’interoge de la part des responsabilités des élus tant nationaux que provinciaux.

La passivité des dirigeants du pays dans cette affaire est une haute trahison de la part des dirigeants rappelle l’évêque.

Évoquant la communauté internationale Sébastien Muyengo se demande sur quoi s’attendre venant d’elle, sur la question d’une paix véritable dans cette partie du pays.

Monseigneur Sébastien Muyengo en pasteur éveille la conscience des tous les congolais, à tous les niveaux, pour stopper cette démarche visant à céder la localité de Minembwe aux mains des ennemis de la République Démocratique du Congo.

Glad Nganga Kanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *