jeu. Mai 13th, 2021

EPST/ Dossier détournement de fonds: Willy Bakonga condamné à 3 ans de prison

Recherché à Kinshasa puis arrêté à Brazzaville, le Ministre honoraire de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique Willy Bakonga Wilima jugé en flagrance au Parquet Général Près la Cour de Cassation pour “transfert illicite des fonds” a été condamné à 3 ans de servitude pénale tandis que son fils, Joël Bakonga a lui écopé de 6 mois d’emprisonnement.

Ainsi, après ce verdict la Cour a ordonné leur arrestation immédiate.

Il sied de noter qu’au cours dudit procès, le ministère public avait requis 10 ans de prison et une amende équivalant à 3 fois la somme de 33.500 dollars américains (trouvés sur les prévenus) Willy Bakonga et son fils Joël Bakonga.

Nonobstant cela, le Ministre sortant de l’EPST n’a daigné reconnaître les fonds trouvé sur lui.

“ On n’a pas trouvé l’argent dans ma valise. Je ne sais pas à quel moment moi, Willy Bakonga, j’ai transféré de l’argent sale. Je suis allé à Brazzaville parce que j’ai des problèmes de santé, c’est un problème de poison”, déclare t-il.

Avant de renchérir qu’il est en perte de santé, Willy Bakonga confie avoir “déjà perdu 20 kilos”.

Se vertuant à disculper son fils interpellé comme lui à Brazzaville et également jugé pour “violation de la réglementation sur le transport d’argent à l’étranger”, l’ex patron de l’EPST a martelé sur le fait que « la responsabilité est individuelle ».

Abordant dans la même ordre d’idée, ses avocats ont évoqué « la violation du droit de la défense » et sollicité par la suite la relaxe.

La Cour a estimé que ce préalable est source de « distraction de la procédure ».

Notons tout de même que Willy Bakonga n’a pas fini de comparaitre car, bien que jugé en fllagrance, il devrait en principe, être jugé également pour détournement des fonds alloués à la gratuité de l’enseignement de base en RDC, lequel procès en flagrance est toujours pendant au Parquet Général Près la Cour de Cassation car, ce dernier ne s’est jamais rendu pour y être attendu.

Glad Nganga Kanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *