jeu. Mai 13th, 2021

Béni: Insécurisés, les élèves exigent la présence du Chef de l’État

Après les manifestations organisées par des mouvements citoyens pour exprimer leur mécontentement suite au massacre des civils dans la partie Est du pays, vient maintenant le tour des élèves.

Des dizaines d’élèves ont passé la nuit du 23 au 24 avril en sit-in devant la mairie de la ville de Béni, au Nord-Kivu pour protester contre les tueries perpétrées par des groupes armés dans cette partie du pays.

Dans une déclaration faite à la presse, le porte-parole de ces élèves en applle à la présence du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi dans le territoire de Béni, pour s’enquérir de la situation et apporter un réconfort aux victimes de ce massacre.

Toutefois, ces élèves considèrent le silence du Chef de l’État comme étant un manque d’empathie à l’égard des populations du grand Nord, victimes des massacres.

Un mouvement de grève a été décrété à cet effet par des “bleus et blancs”en guise de solidarité aux familles endeuillées.

La situation sécuritaire s’est dégradée au premier trimestre 2021 dans les provinces de l’Ituri, Nord et Sud-Kivu.

Les civils se font tuer par des présumés ADF au jour le jour, malgré la présence de l’armée et de la Monusco.

Face à cette situation, plusieurs langues se sont déliées pour exiger le départ de la Mission onusienne, qualifiée d’inefficace face aux groupes armés.

Il sied de rappeler que la semaine dernière, une délégation des femmes du territoire de Béni avaient été reçues à Kinshasa par le Président de la République Félix Tshisekedi.
La rencontre avait pour principal objectif de transmettre au Chef de l’État, les cris d’alarme des populations vivant dans l’Est où l’insécurité est devenue monnaie courante.

Plotin Yambenga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *