jeu. Mai 13th, 2021

Sport: Disparition de Kelekele Lituka ex champion du monde de catch

La triste nouvelle du décès de Kelekele Lituka est tombée tel un couperet dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 avril 2021.

Champion du monde de catch en 1974, Kelekele Lituka passe dans l’au-delà suite à une très longue maladie aux cliniques universitaires de Kisangani à l’âge de 79 ans.

Il a de par sa carrière, fait honneur à son pays en portant haut l’étendard de la République Démocratique du Congo dans le monde du sport.

C’est un sportif né que vient de perdre la RDC, une icône et image de référence en ce qui concerne le catch.

Retour sur sa brillante carrière

De son vrai nom, Pierre Kelekele Lituka lolita, né le 11 juin 1942 à Stanleyville actuel chef-lieu de la province de la Tshopo. En 1962, alors âgé de 20 ans à peine, il remporte déjà son premier sacre de champion du Zaïre actuel RDC.

Ce sacre marque les esprits car, il emporte le combat après trois minutes seulement et en guise de récompense, le gouvernement de l’époque le désigne entraîneur national.

Les échos des ses exploits transcendent les frontière au point où, en 1971, il devient Vice-champion d’Afrique de catch en Égypte et obtient une bourse de 4 ans de la Fédération allemande de lutte.

Profitant de son séjour au pays de l’ex NAZI,
il arrache plusieurs titres dont le plus prestigieux en 1974, celui du champion du monde de catch dans la catégorie mi-lourds.

Pour ce faire, il parvint à battre le catcheur
américain El Greco à Berlin en Allemagne.

Il s’exprimera avec regret longtemps après, “Je ne connaissais rien de la valeur de mes titres”.

Cette constatation fait par Pierre Kelekele émane de la question lui posée sur la gérance de sa fortune.
Car, dans l’un de ses entretiens avec des journalistes, il déclarera n’avoir reçu en mains propres des organisateurs que 110 marks ce qui équivaut à 87 $ environ.

“On me disait que l’argent de mes titres était viré au compte de la fédération zaïroise de lutte”, disait le catcheur natif de Kisangani.

Revenant dans la terre de ses ancêtres, une fracture à la jambe va le clouer durant un moment à Kinshasa, l’ancien champion du monde sera affecté à Kisangani comme fonctionnaire à la division provinciale des sports.

Il fera office de moniteur des sports dans certains camps de formation de la gendarmerie et de l’armée.

Au crépuscule de sa carrière, il est admis comme encadreur de
sport à l’Université de Kisangani, jusqu’à sa retraite prématurée qui interviendra en 1994 occasionnée par une crise d’hypertension qui lui paralysera un bras et une jambe.

Voulant apporter à sa manière de l’aide à ce vaillant sportif congolais, Edingwe catcheur très notoire va organiser deux festivals de catch à Kisangani et à Kinshasa.

Le fond récolté devait servir pour le transfert de Pierre Kelekele en Europe pour des soins adéquats.

Hélas, les recettes ont été faiblement enregistrées et ne répondra carrément pas aux besoins estimés.

François Alauwa Lobela le Maire de l’époque de Kisangani va, en 1998 accorder une prime mensuelle que Kelekele ne touchera que pendant une année.

  1. A son tour, Augustin Osumaka Lofanga ancien Maire de la ville de Kisangani avait signé un arrêté urbain, lui octroyant une prime mensuelle mais qui n’a pas abouti.

Le champion du monde Congolais Pierre Kelekele Lituka lolita quitte la terre des hommes après une bataille acharnée contre la maladie après plus d’une décennie.

Glad Nganga Kanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *